Traitement d’une classe II asociant multibague et Optimax Fix

Cliquez sur les images pour les grossir

Cas clinique

Patient âgé de 13 ans et présentant une classe II-2 supraclusie associée à un encombrement mineur évalué à -3 mm. La 25 n’apparait pas sur l’arcade.

L’analyse architecturale de Delaire en latéralis conclut à une classe II squelettique, plus par promaxillie que par rétromandibulie. Le potentiel auxologique  mesuré à 94%, laisse espérer une réponse squelettique favorable à la stimulation mandibulaire, quoique limitée. Le profil cutané assez rétru incite plus à une avancée mandibulaire qu’à un recul maxillaire.

La thérapeutique retenue est la correction de la classe II par stimulation de la croissance mandibulaire grâce à l’utilisation d’un multibague haut et bas associé à un Optimax Fix de première génération.
Après 6 mois de nivellement jusqu’aux arcs Niti 17*25, l’Optimiseur Fix est posé.

La radio de contrôle met en évidence l’inclusion de la 25.

2 mois plus tard, des micro-cales de 2 mm sont glissées sur les tiges afin d’accompagner la propulsion. Dans le même temps clinique, après dégagement et collage de la 25, la traction orthodontique débute.

A 7 mois, la correction de la classe II est obtenue. Des élastiques de classes II sont utilisées pour maintenir la plateforme de classe I tout en poursuivant la remise en place de la 25.

A 12 mois, la 25 est sur l’arcade.

Les superpositions des téléradiographies de profil entre T0 et T+12 mois montrent une bonne réponse de la croissance mandibulaire ainsi que le blocage du maxillaire. La vestibuloversion des incisives mandibulaires semble être plus en rapport avec les effets du nivellement de l’encombrement mandibulaire que liée à quelqu’effet parasite de l’Optimax Fix.

Les finitions sont entamées jusqu’à obtention d’une occlusion satisfaisante au bout de 23 mois permettant la dépose du matériel orthodontique et la stabilisation du traitement par élastodontie.

L’analyse architecturale de Delaire en latéralis montre une régulation notable du décalage squelettique avec cependant une légère promaxillie; promaxillie compensée par une proalvéolie mandibulaire. Le potentiel auxologique de la mandibule est mesuré à 100%, signe que la croissance mandibulaire a répondu au maximum de ses possibilités. Le patient peut être considéré squelettiquement équilibré.

Les superpositions des téléradiographies de profil entre T0 et T+23 mois montrent une croissance notable de la mandibule. L’incisive mandibulaire est très légèrement vestibulo-versée (+5°) sans problème parodontaux associés.

Le profil cutané facial est harmonieux. Le contact labial est correct et fonctionnel.

Le résultat clinique en attente de stabilisation complète est satisfaisant. La thérapeutique utilisée a répondu aux objectifs de traitement, permettant de terminer le traitement dans un délai raisonnable, sans incident majeur ni perte de contrôle. Le patient et son entourage sont satisfaits du résultat obtenu et de la thérapeutique employée, sans récrimination à postériori quant à l’inconfort de l’ensemble. Le succès de ce premier cas d’Optimax Fix nous encourage à persévérer.

A 12 mois après débaguage , l’occlusion est stable et fonctionnelle

L’équilibre squelettique et tissulaire est harmonieux